Le mot du président

Le spectacle vivant : un secteur en pleine mutation !

Le spectacle vivant a connu un essor considérable durant les vingt dernières années, il connaît actuellement une profonde évolution. Alors que le secteur de la musique enregistrée est touché de plein fouet par les transformations technologiques, le spectacle vivant conserve toujours un attrait auprès de tous les publics.

La diversification et l’accroissement du nombre d’entreprises d’ini- tiative privée sont confirmés par les rapports de branche du secteur du spectacle vivant. On dénombre ainsi plus de 10 000 entreprises relevant du secteur privé.

Les entreprises du secteur privé ont des formes juridiques très variées, allant des SA ou des SARL aux compagnies sous forme d’association. Même si ces entreprises sont de plus en plus nombreuses, leur exercice n’en demeure pas moins périlleux.

Nous constatons que de plus en plus d’entrepreneurs de spectacles s’associent à de nouveaux opérateurs économiques qui souhaitent s’investir dans le spectacle vivant.
Le SNES et ses adhérents s’inscrivent pleinement dans cette diversification et dans ces évolutions.

Le SNES est un interlocuteur indispensable au bon fonctionnement de l’activité culturelle, défendant l’indépendance artistique et financière de ses adhérents, garantissant à tous le sérieux et la compétence de ses entreprises. La diversité des disciplines artistiques qu’il repré- sente, le fait qu’il soit l’interface entre secteur public et secteur privé font du SNES un partenaire incontournable reconnu par les pouvoirs publics.

Plus que jamais, les entrepreneurs de spectacles ont besoin d’être accompagnés par le SNES dans leurs activités.
Ainsi, le SNES défend les professionnels du spectacle, sans aucune forme d’exclusion ni de segmentation ; fort de l’idée que nous faisons tous le même métier.

Le SNES favorise les échanges les plus fructueux pour un meilleur équilibre de notre profession et le plus grand plaisir des spectateurs.

Jean-Claude Lande